loader image
1 juillet 2022
简体中文 ZH-CN English EN Français FR

L'actualité Sino-Africaine

Lorsque tu ne sais pas où tu vas, regarde d’où tu viens.

Proverbe Africain

“Quand on aime il ne fait jamais nuit, l’autre nous donne la lumière”.

Proverbe Africain

“Dieu n’a fait qu’ébaucher l’homme, c’est sur terre que chacun se crée”.

Proverbe Africain

“Les marques du fouet disparaissent, la trace des injuresjamais.”

Proverbe Africain

“C’est en mer agitée qu’on reconnaît la qualité du bois du bateau”.

Proverbe Africain

“L’eau chaude n’oublie pas qu’elle a été froide”.

Proverbe Africain

“Les voiles des cœurs sont déchirés quand les cœurs se regardent en face”.

Proverbe Africain

“Si le labour se faisait avec la simple vue, n’importe qui moissonnerait”.

Proverbe Africain

“On a beau dissimuler ses excréments au fond de l’eau, ils finissent toujours par remonter à la surface“.

Proverbe Africain

“C’est seulement quand l’hiver est arrivé qu’on s’aperçoit que le pin et le cyprès perdent leurs feuilles après tous les autres arbres.”

Confucius

 “Le soleil qui brille n’ignore pas un village parce qu’il est petit”. 

Proverbe Africain

 “Quiconque taquine un nid de guêpes doit savoir courir.”. 

Proverbe Africain

“Quand un arbre tombe, on l’entend ; quand la forêt pousse, pas un bruit.”

Confucius

“Le bonheur n’est pas toujours dans un ciel éternellement bleu, mais dans les choses les plus simples de la vie.”

Confucius

Maroc : la justice autorise l’extradition d’un jeune Ouïghour vers la Chine

Arrêté le 19 juillet 2021 à son arrivée à l’aéroport de Casablanca en provenance de la Turquie, sur demande de la Chine, un jeune de 34 ans sera extradé vers la Chine. C’est la décision qui a été prise par la cour de cassation marocaine ce mercredi 15 décembre contre Yidiresi Aishan, membre de la minorité musulmane des Ouïghours.

Recherché par les autorités chinoises pour “des actes terroristes” le jeune Yidiresi Aishan, a été interpellé à l’aéroport de Casablanca, au Maroc alors qu’il quittait la Turquie. Comparu devant les juges de la cour de cassation du Maroc, celui-ci sera extradé en Chine, comme l’ont décidé les juges. Interrogé sur la question, Me Miloud Kandil, juge à la cour de cassation a expliqué que : “La justice a confirmé hier (mercredi 15 décembre) l’extradition de mon client. Nous n’avons pas encore les attendus du jugement pour savoir ce qui motive cette décision mais c’est psychologiquement très dur pour lui”.

En effet, c’est en juillet dernier que Yidiresi Aishan a été arrêté sur demande de Pékin. Il est accusé par les autorités chinoises d’avoir commis des actes terroristes en 2017 et d’appartenir à une organisation terroriste dénommée “le Mouvement islamique du Turkestan oriental” (ETIM).

Etabli en Turquie depuis 2012, le jeune informaticien, père de trois enfants a fortement démenti ces accusations et assure n’appartenir à aucune organisation. Selon lui, il n’a plus mis les pieds en Chine depuis qu’il s’est installé en Turquie. A son arrivée au Maroc, il faisait l’objet d’une notice rouge d’Interpol émise par les autorités chinoises. Mais l’organisation internationale de coopération policière a suspendu cette notice rouge en août 2021, apprend-on.

Après la décision de la cour de cassation marocaine sur le sort du jeune Yidiresi Aishan, Amnesty International a alerté les autorités judicaires marocaines sur les risques qu’encourt le jeune homme.  “l’extradition imminente” (de Yidiresi Aishan) revient à un refoulement car il court un risque grave d’être torturé à son retour en Chine”. La demande d’extradition est motivée par “le travail qu’il a effectué par le passé pour des organisations ouïghoures”, a affirmé l’organisation de défense des droits humains. L’organisation va plus loin en envisageant empêcher cette extradition.

Eric Goldstein, directeur régional par intérim de Human Rights Watch (HRW) a plaidé auprès des autorités judicaires marocaines pour une autre décision pouvant permettre au jeune homme mener une vie paisible au Maroc. “Quelle que soit la décision de la Cour de cassation, les autorités marocaines peuvent toujours prendre une décision juste et conforme à leurs obligations légales : s’abstenir d’extrader le Ouïghour (Yidiresi Aishan) vers la Chine où il risque torture et persécution”, a-t-il déclaré.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.