loader image
4 octobre 2022
简体中文 ZH-CN English EN Français FR

L'actualité Sino-Africaine

Lorsque tu ne sais pas où tu vas, regarde d’où tu viens.

Proverbe Africain

“Quand on aime il ne fait jamais nuit, l’autre nous donne la lumière”.

Proverbe Africain

“Dieu n’a fait qu’ébaucher l’homme, c’est sur terre que chacun se crée”.

Proverbe Africain

“Les marques du fouet disparaissent, la trace des injuresjamais.”

Proverbe Africain

“C’est en mer agitée qu’on reconnaît la qualité du bois du bateau”.

Proverbe Africain

“L’eau chaude n’oublie pas qu’elle a été froide”.

Proverbe Africain

“Les voiles des cœurs sont déchirés quand les cœurs se regardent en face”.

Proverbe Africain

“Si le labour se faisait avec la simple vue, n’importe qui moissonnerait”.

Proverbe Africain

“On a beau dissimuler ses excréments au fond de l’eau, ils finissent toujours par remonter à la surface“.

Proverbe Africain

“C’est seulement quand l’hiver est arrivé qu’on s’aperçoit que le pin et le cyprès perdent leurs feuilles après tous les autres arbres.”

Confucius

 “Le soleil qui brille n’ignore pas un village parce qu’il est petit”. 

Proverbe Africain

 “Quiconque taquine un nid de guêpes doit savoir courir.”. 

Proverbe Africain

Lorsque tu ne sais pas où tu vas, regarde d’où tu viens.

Proverbe Africain

“Quand on aime il ne fait jamais nuit, l’autre nous donne la lumière”.

Proverbe Africain

“Dieu n’a fait qu’ébaucher l’homme, c’est sur terre que chacun se crée”.

Proverbe Africain

“Les marques du fouet disparaissent, la trace des injuresjamais.”

Proverbe Africain

“C’est en mer agitée qu’on reconnaît la qualité du bois du bateau”.

Proverbe Africain

“L’eau chaude n’oublie pas qu’elle a été froide”.

Proverbe Africain

“Les voiles des cœurs sont déchirés quand les cœurs se regardent en face”.

Proverbe Africain

“Si le labour se faisait avec la simple vue, n’importe qui moissonnerait”.

Proverbe Africain

“On a beau dissimuler ses excréments au fond de l’eau, ils finissent toujours par remonter à la surface“.

Proverbe Africain

“C’est seulement quand l’hiver est arrivé qu’on s’aperçoit que le pin et le cyprès perdent leurs feuilles après tous les autres arbres.”

Confucius

 “Le soleil qui brille n’ignore pas un village parce qu’il est petit”. 

Proverbe Africain

 “Quiconque taquine un nid de guêpes doit savoir courir.”. 

Proverbe Africain

La diet chinoise : une autre façon de perdre du poids

La diététique chinoise, c’est une approche différente qui tient compte de la relation que chacun entretient avec son milieu, son environnement, la nature, les saisons… Elle est le fruit de milliers d’années d’expérience, d’études des aliments, de leurs propriétés (dites asséchante, humidifiante…), de leurs affinités avec tel ou tel organe (rate, reins, foie…), de leur saveur (piquant, doux, acide…). Le tout suivant les fameuses lois du yin et du yang ! La théorie est complexe… mais la mise en pratique à la portée de tous.

La minceur, une question d’équilibre yin/yang. Traditionnellement en Asie, le morphotype des femmes est plutôt mince grâce à une diétothérapie réglée comme du papier à musique tout au long de la vie. Celle-ci vise à harmoniser le rapport yin/yang : le yin représente la « matière » comme les rondeurs physiologique féminines, et le yang « l’énergie » qui permet au corps de brûler les calories. Mais cet équilibre peut être rompu quand on consomme trop d’aliments qui dérègle le yang exacerbe le yin. Le parfait exemple, c’est l’alimentation typique de chez nous qui élève trop fortement l’insuline à l’instar des jus de fruit, produits laitiers et céréales.

Une autre vision du capiton : selon les médecins chinois, le trio gras/rétention d’eau/cellulite résulte d’une accumulation de « mucosité » sur les cuisses et le ventre ayant pour origine une « humidité » chronique et pathologique des tissus. Ce duo « humidité-mucosité » englue les mécanismes de l’énergie. La cause principale est liée aux erreurs diététiques qui affaiblissent le système digestif dont le pivot est le couple “rate-estomac” : le traitement des aliments fonctionne mal, le super carburant du corps (les Chinois parlent de “quintessence”, une notion sans équivalent chez nous) n’est plus extrait correctement et les déchets à évacuer non plus. La priorité : rétablir et soutenir ce fameux duo “rate-Estomac”, donner un coup de pouce au yang et éliminer l’humidité. D’où une perte en volume du corps, pas forcément de poids sur la balance.

L’objectif dans l’assiette : diminuer la saveur acide-sucrée qui empêche le bon fonctionnement de la rate. Cette saveur est omniprésente dans l’alimentation occidentale (sodas, sauces type ketchup, yaourts…). On la retrouve aussi dans les fruits (frais, en jus, en compote). Cela ne veut pas dire qu’il faut les supprimer, mais en réduire drastiquement la consommation. Surtout si on ne les digère pas, ou qu’ils entrainent des acidités. A zapper aussi le blé qu’on a tout avantage à remplacer par des céréales plus digestes et moins “humidifiantes” comme le riz, le quinoa, l’orge.

Les 8 principes minceur à la chinoise qui font la différence

Equilibrez les repas sur la journée : il s’agit de coller au plus près des possibilités digestives selon l’adage “je mange comme un roi le matin, un prince à midi, un mendiant le soir “. En effet, le matin, les enzymes digestives sont au top : c’est le yang du corps qui se réveille et il va croître jusque vers midi avant de décliner jusqu’au soir.

En pratique : un petit déj’ protéiné (œuf, viande, tofu) qui ne boude pas les lipides (avocat, lait de coco, oléagineux) car ils sont très bien métabolisés. Au déjeuner : légumes + viande ou poisson (autour de 100g ), accompagnée de riz ou féculent uniquement en fonction de l’énergie nécessaire à l’activité de l’après-midi. Au dîner : des aliments super légers (soupe, légume vapeur, lentille), des graisses à minima car les lipases (les enzymes qui les digèrent) sont au plus bas. Les protéines animales ne sont pas obligatoires, et c’est mieux de ne pas en consommer tous les soirs.

Résultat : cela permet au système digestif d’être plus efficace et plus rapide. Bref d’alléger la charge digestive.

En pratique : ne pas attendre d’être rassasiée pour arrêter de manger mais rester un peu sur sa faim à chaque repas. Ce ne doit pas être frustrant, le plaisir de se sentir légère en quittant la table devant l’emporter sur celui d’être repue.

Mangez chaud : la digestion est grandement facilitée puisqu’elle va prendre moins de temps, et surtout moins de perte d’énergie. Tout aliment froid représente un effort digestif supplémentaire, celui de ramener à 37° le bol alimentaire, et favorise la stagnation des aliments dans l’estomac (d’où macération, fermentation, gaz…).

En pratique : éviter de manger ce qui sort directement du frigo, et encore plus du congelo. Donc pas de boisson glacée, ice cream etc… Boire à température ambiante. Ou chaud. D’ailleurs, les médecins chinois boivent toujours l’eau chaude.

Limitez le cru : les végétaux crus contiennent des fibres plutôt difficiles à digérer. Selon la médecine chinoise, ils sont de nature froide et exigent un « feu digestif » fort pour être digérer, ce qui à la longue lèse le yang de la rate. Les signes ? Paresse digestive, fatigue, frilosité.

En pratique : fini les grandes assiettes de crudités ! L’idéal, les cuissons vapeur ou au wok. Et pour diminuer le temps de cuisson afin de préserver au mieux les nutriments, l’astuce c’est la découpe de aliments en très petits morceaux.

Supprimez les desserts : la saveur sucrée est bien trop abondante dans notre alimentation. Elle déséquilibre l’organisme, dérègle les fonctions de la rate… Et encore plus s’il s’agit de desserts industrialisés, car totalement dévitalisés.

En pratique : zéro dessert ! Pas même de fruit ou de yaourt. La coutume chinoise qui propose plusieurs petits plats salés variés (au milieu de la table !) permet de se passer de dessert plus facilement. La diversité satisfait mieux les sens. Sinon, un thé, une tisane, un bouillon clôture très bien le repas.

Adoptez les épices : en Occident, on dit qu’elles sont digestives, en Asie qu’elles réchauffent la rate, harmonisent l’estomac, font circuler le yang. Elles n’ont pas d’équivalent pour améliorer le système digestif et aider à éliminer l’humidité qui stagne dans les tissus.

En pratique : jouer la synergie de plusieurs épices. Les goûts et les vertus se soutiennent et s’harmonisent dès qu’on en utilise 4 ensemble. À avoir à porter de main : cannelle, gingembre sec, graines de fenouil, badiane, muscade, clou de girofle. Ou des mélanges tout prêts type curry, 4 parfums, massalé…

Découvrez la saveur fade : c’est une saveur à part entière qui est complètement oubliée chez nous. Or elle repose la rate et les fonctions digestives.

En pratique : manger le riz (ou quinoa, orge, fonio…) sans sel, ni assaisonnement. Et se mettre au gruau de riz de temps à autre quand on a fait des excès ou qu’on se sent lourde. La recette : cuire 1 volume de riz dans 10 volumes d’eau jusqu’à obtenir une pâte liquide, blanchâtre. Formidable pour favoriser la perte de poids, ainsi que la diurèse, tout en harmonisant les fonctions digestives.

Augmentez les légumes : surtout les herbes fraîches (locales et de saison si possible). En Asie, légumes et herbes sont de tous les repas, souvent sautés, dans les bouillons, marinés ou à la vapeur. Les légumes occupent une place centrale et sont toujours boostés par les herbes aromatiques qui ont des propriétés antioxydantes, drainantes et favorisent l’élimination des toxines.

En pratique : légumes et herbes en synergie, c’est mieux : plusieurs couleurs et textures. En hiver, avoir un stock de champignons séchés (champignon noir, shiitaké…), d’algues (déshydratées) que l’on mélange avec les oignons, ail, choux et courges. Et ajouter une grosse poignée de roquette, cresson, persil, ciboulette sur tous les plats.

Source: femmeactuelle.fr

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *