loader image
24 janvier 2022
简体中文 简体中文 Français Français

L'actualité Sino-Africaine

 “Les liens de parenté se créent la nuit, dans l’intimité ; les liens de l’amitié se tissent le jour” 

Proverbe Africain

 “Dans la forêt, quand les branches se querellent, les racines s’embrassent”. 

Proverbe Africain

 “Là où on s’aime, il ne fait jamais nuit”. 

Proverbe Africain

“Tant que les lions n’auront pas leurs propres historiens, les histoires de chasse continueront de glorifier le chasseur”

Proverbe Africain

“Le vieux se chauffe avec le bois récolté dans sa jeunesse”

Proverbe Africain

“La mauvaise fraternité est semblable à un eucalyptus : c’est au loin qu’il projette son ombre”.

Proverbe Africain

“Les voiles des cœurs sont déchirés quand les cœurs se regardent en face”.

Proverbe Africain

“Si le labour se faisait avec la simple vue, n’importe qui moissonnerait”.

Proverbe Africain

“Si tu as de nombreuses richesses, donnes de ton bien ; si tu possèdes peu, donne de ton cœur”.

Proverbe Africain

“Entendre ou lire sans réfléchir est une occupation vaine ; réfléchir sans livre ni maître est dangereux.”

Confucius

“C’est seulement quand l’hiver est arrivé qu’on s’aperçoit que le pin et le cyprès perdent leurs feuilles après tous les autres arbres.”

Confucius

 “Le soleil qui brille n’ignore pas un village parce qu’il est petit”. 

Proverbe Africain

 “On ne peut pas labourer, semer, récolter et manger le même jour”. 

Proverbe Africain

“Quand un arbre tombe, on l’entend ; quand la forêt pousse, pas un bruit.”

Confucius

“Le bonheur n’est pas toujours dans un ciel éternellement bleu, mais dans les choses les plus simples de la vie.”

Confucius

Coopération sino-congolaise : le Congo entend ausculter ses contrats miniers avec la Chine

Le secteur minier en République Démocratique du Congo est très convoité par les multinationales. La Chine et le Congo ont signé plusieurs contrats pour l’exploitation des minerais dans le pays.  80% des exportations congolaises du secteur minier sont à destination de la Chine, et selon le service économique Kinshasa de la France, la Chine détient 70% du marché du Cobalt et du cuivre. Les autorités gouvernementales ont décidé d’établir un examen de l’actionnariat de la RDC dans une mine de cuivre et de cobalt située dans Sud-Est du pays.

Pour établir cet examen, le cabinet du président de RDC Félix Tshisekedi entend mettre sur pied une commission «chargée de la clarification des données relatives aux ressources minières et d’évaluation de l’actionnariat de la Gécamines – dont l’Etat est l’unique actionnaire – dans le projet minier Tenke Fungurume Mining (TFM) SA».

Wikipédia indique que Tenke Fungurume Mining SA (TFM SA), qui est le plus grand site de production de minerais profite au pays et donne la possibilité aux populations des localités aux alentours d’être automnes, grâce à leurs services qu’ils monnaient. Cependant, depuis un moment, le contenu du contrat permettant à la Chine d’exploiter le site minier met en doute certaines autorités du pays.

Toujours selon Wikipédia, en 2006, la structure actionnariale de l’entreprise comprend Freeport McMoRan à 56 %, Lundin Holdings à 24 % et Gécamines à 20 %. En 2016, Freeport McMoRan vend ses parts d’actions à China Molybdenum pour 2,65 milliards de dollars. En 2018, China Molybdenum Co Ltd, rachète les parts de la société Lundin Holding et devient l’actionnaire principal avec 80 % des parts. Et la Gécamines y conserve quant à elle 20 %.

La société Gécamines est une société Chinoise. Cette confusion des marchés laisse donc planer le doute sur les différents contrats. En vue donc de faire la lumière sur cette affaire, la commission d’examination des contrats se chargera de «déterminer et évaluer la valeur des ressources minérales, des réserves minières prouvées et probables définies à ce jour par les travaux d’exploitation réalisés par TFM SA, afin de permettre à la Gécamines SA et, par ricochet, à l’Etat congolais, de rentrer équitablement dans ses droits». «En cas de besoin ou obstacle à l’exercice» de sa mission, la commission pourra recourir « à tout autre moyen, notamment une expertise internationale et aux nouvelles technologies », a précisé le cabinet présidentiel.

Notons qu’au début de l’année 2021, les autorités gouvernementales avaient déjà annoncé une évaluation des contrats signés avec la Chine pour l’extraction minière dans le pays.

Photo : Jeune Afrique

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *